mercredi 30 mars 2011

Dark Spring

Le 28 mars 2011, Christoph Niemann a signé la une du New Yorker.
Hommage au Japon, cette image est terrible, effroyablement belle ; nul besoin de sous-titre.
Toute la force, l'intelligence et la poésie d'un dessin d'actualité sont réunies dans cette couverture.

New Yorker 28 mars 2011

Nous avions déjà évoqué le talent de Christoph Niemann au sujet de l'album Petit Dragon.
Sa finesse et sa pertinence le classent parmi les plus grands.
Une partie de ses créations est visible sur le blog du New York Times : Abstract Sundays, d'autres sont disponibles à la vente sur Image Kind ou sur la boutique du New Yorker.


Concernant le Japon, la communauté CFSL, réunissant de nombreux dessins, a lancé un projet d'aide aux victimes du tsunami et de ses conséquences. Aussi beau qu'émouvant.

- Monsieur -

vendredi 25 mars 2011

L'Île mystérieuse

Ce fabuleux roman d'aventure  nous envoie à l'autre bout du monde, en plein 19e siècle, alors que la Guerre de Sécession touche à sa fin : les cinq héros sont de vaillants nordistes américains, prisonniers de guerre des sudistes. Une fuite impressionnante dans un ballon, lors d'une tempête épouvantable, les envoie malgré eux au beau milieu du Pacifique, dans une île étrange, déserte et totalement inconnue des cartographes. Effroi, peur, sentiment d'abandon pourrait être leur état d'esprit...

Mais cette île mystérieuse se trouve être parfaite pour qui possède les connaissances infaillibles d'un Cyrus Smith, l'optimisme d'un Pencroff, la science botanique d'un jeune Harbert, l'abnégation d'un Nab et le sens de l'observation allié à la réflexion d'un Gédéon Spilett.

Harbert le petit botaniste
et son père de substitution,
le bon Pencroff

La nature y est prodigieuse, l'ingéniosité des "colons" sans fin, à tel point qu'on se demande comment leur sauvetage peut avoir lieu sans leur laisser un goût amer, une nostalgie pour cet endroit paradisiaque.

Gédéon Spilett,
reporter sans frontière
Encore plus adroits que Robinson Crusoé, dont ce livre est inspiré, les personnages sont toujours "plus" : plus forts, plus ingénieux, plus réfléchis, plus passionnés, plus, plus, plus... !

Ainsi, rien de plus facile que de fabriquer du métal, du verre ou de faire du feu sans la moindre allumette : un minimum de jugeote, d'effort physique, et le tour est joué !
Ça doit sûrement lasser quelques lecteurs, moi, j'ai trouvé drôle l'exagération poussée à ce point !




La forge
Les épouvantails de la ferme
Et un moulin, un !


Atelier poterie
Pas de four sans briques,
voici la briqueterie














Un autre point que l'on pourrait reprocher à Jules Verne, si l'on ne se positionne pas à l'époque où fut rédigé ce livre, c'est le racisme que l'on découvre, vis-à-vis du personnage de Nab . Esclave libéré par son maître Cyrus Smith, il décide malgré tout de lui rester fidèle dans les pires épreuves et ce, jusqu'à la mort. Nab est un personnage d'origine africaine qui ne semble vivre que pour servir.

Mais il faut se rappeler que tous les héros sont de farouches nordistes pendant la Guerre de Sécession, ce qui veut dire que l'esclavage leur était odieux... Pas facile parfois de faire la part des choses..


L'Île mystérieuse peut se lire un peu partout :
  • Dans le métro en heure de pointe, la chaleur un peu lourde et envahissante devient alors la moiteur d'une forêt tropicale, 
  • chez le boulanger, où vous vous sentez comme Pencroff admirant les créations culinaires de Nab,
  • dans la file d'attente de votre opérateur téléphonique, interminable, où le jargon des vendeurs vous fait songer à l'ingénieux ingénieur Smith, utilisant sa science infinie pour sortir les cinq "colons" de leur précarité et leur apporter le confort perdu...
    Mais le meilleur endroit reste un encore un fauteuil confortable, un café chaud à ses côtés, si possible devant une cheminée où flambe un bon feu de bois, dans une maison calme et agréable... En bref, le cadre idéal pour se sentir bien et ne plus penser qu'à ce bout de terre inconnue et à ses cinq naufragés !

    L'Île mystérieuse non seulement vous enchantera par sa fabuleuse aventure, ses personnages inoubliables, et son environnement luxuriant, mais si vous deviez vous perdre à votre tour sur une île déserte, il pourrait vous être aussi utile qu'un couteau suisse !

    Ayrton et les colons
    surveillent la côte

    "Ohé du bateau !"
    Cyrus Smith et
    son inséparable Nab



    Les illustrations de Jules-Descartes Ferat, somptueuses, accompagnent à merveille ce roman. Les rééditions des Voyages extraordinaires de Jules Verne ont toujours été reprises avec ses dessins, ce n'est pas sans raison : sans elles, le livre perdrait de sa saveur...


    - Madame -

    L'Île mystérieuse
    de Jules Verne
    illustrations de Jules-Descartes Ferat
    éd. Folio Classique Gallimard 2010

    dimanche 20 mars 2011

    Le voyage à Paris

    Le quotidien du metteur à part (le manutentionnaire du Livre) est d'ouvrir des cartons, de trier la marchandise (car le livre en est une) et de remplir des cartons pour retourner les invendus. Le metteur à part devra supporter la poussière jusqu'à 65 ans - ou moins - en fonction de sa résistance.                                                                             J'accuse déjà les ans avec quinze ans de carrière.

    Mes semaines s'écoulent ainsi, mornes et répétitives, jusqu'au jour où, au détour d'un colis, un drôle de petit garçon surgit d'une enveloppe entr'ouverte :


    Fébrilement, sans me faire repérer, j'inspecte le contenu de ce courrier Fedex (un passeport, quelques lettres, une adresse et un nom : Flat Stanley). Je rattrape le bonhomme qui s'échappe dans la pièce avant de le glisser dans mon sac à dos.


    Profitant de la pause-déjeuner, je m'assieds sur un banc à deux pas de la Sorbonne. Stanley se déplie au soleil, bienheureux.
    J'apprends qu'il vient de Caroline du Nord, qu'il est passé par Ashby-de-la-Zouch en Angleterre et qu'il est écolier en vacances à Paris.


    Je lui dis qu'il a raison : s'il ne veut pas construire des universités dans le Golfe Persique ni finir dans les métiers du Livre, il vaut mieux lézarder qu'étudier. Il sourit sans rien dire. Je crois qu'il me prend pour un con.

    De retour au boulot, je me renseigne sur le Net.
    Le projet Flat Stanley a été lancé en 1995 au Canada par un professeur, Dale Hubert. Le but est d'envoyer des Flat Stanley (Clément aplati) partout dans le Monde et de suivre leurs périples. À charge pour la personne qui en reçoit de lui faire voir du pays. Ces échanges doivent permettre aux enfants de communiquer entre eux, de découvrir d'autres cultures et de faciliter l'alphabétisation.
    Je ne sais pas si Jeff Brown avait imaginé un tel parcours en créant son héros mais l'idée ne lui a sûrement pas déplu du temps de son vivant.

    Écrit en 1964, Flat Stanley (Clément aplati) est une histoire pour enfants au déroulement assez classique même si le postulat de départ repose sur une idée surréaliste : durant son sommeil, Stanley (Clément) est écrasé par un tableau tombé du mur. Il n'est pas blessé mais il est aplati. L'avantage est qu'il peut se glisser dans les enveloppes, se faufiler sous les portes... et vivre des aventures !

    De nombreux dessinateurs ont illustré ce texte, de Tomi Ungerer à Macky Pamintuan. En France, le dessin de Clément aplati a été confié à Tony Ross. Celui-ci donne une espièglerie malicieuse aux visages de ses personnages qui sied bien à l'histoire. Son univers coloré ajoute ce qu'il faut de gaieté et de peps aux aventures de Clément... 

    Je continue à "googler" et le travail n'avance pas ; l'ennui me gagne. Il est temps de rentrer à la maison.
    Éreinté par cette journée sans sueur, je vais me dégourdir les jambes. Je sors Stanley de son enveloppe pour lui montrer la TGB, "Très Grande Bibliothèque", spécialité de France. Ce coquin en profite pour dessiner un bonhomme.


    Je le remets dans mon sac et on décampe poursuivis par les gardiens de la morale républicaine. Alors, on leur tire la langue et Hop ! Pied de nez ! On prend le RER jusqu'au Pont Mirabeau (sous lequel coule la Seine...).


    Stanley rigole encore.
    Stanley est imprudent et le vent souffle fort
    Attention ! Stanley ! Attention !
    Trop tard, il n'entend plus.

    Le vent l'a emporté.

    - Monsieur -

    Pour avoir un aperçu plus consensuel et moins déviant du projet Flat Stanley, il y a  un site officiel très bien fait.
    ( Je déconseille le très laid Flat Stanley Books de Disney. )
    Pour une version francophone, je voudrais rendre hommage à une enseignante de Martinique qui a fourni une réflexion et un travail remarquable sur le projet de Clément aplati (en m'excusant auprès d'elle et de ses élèves pour l'incorrection de mon texte).

    Clément aplati de Jeff Brown et Tony Ross, éditions Gallimard, 2002.

    samedi 19 mars 2011

    Miam-Miam-Dodo

    Miam Miam Dodo est une collection de guides très utiles pour les pèlerins qui se rendent à Saint Jacques de Compostelle.
    Ses rédacteurs prennent le plus grand soin de leur lecteurs. La preuve en est dans ce détail à l'attention des randonneurs :


    Le prix, lui, ne varie pas selon l'utilité.

    Les guides Miam-Miam-Dodo aux éditions du Vieux Crayon (avec beaucoup d'humour).
    Un descriptif de chaque guide est visible sur les chemins de Compostelle.

    -Monsieur -

    mardi 15 mars 2011

    Silencer history and performance

    Il y a vraiment des livres sur tout :













    2 volumes de plus de 400 pages sur les silencieux, ça me laisse sans voix.

    Silencer history and performance volume 1 et 2, de Alan C. Paulson, édités par Paladin Press.

    - Monsieur -

    dimanche 13 mars 2011

    Tavik František Šimon, forgotten painter of the 20th century


    Street animations, commercial activities, monuments and historical areas... The Paris of the 1910's, 20's and 30's remains in memory thanks to photography but mostly thanks to paint and illustration.

    Place Maubert, Paris, 1914, réf. Novák 227.

    After doing some research on the 36 views of the Eiffel Tower by Henri Rivière, I randomly discovered the painter Tavik Frantisek Šimon, unfairly unrecognized.

    Carnival in Paris, 1909,
    réf. Novák 102
    He was born in 1877 in Bohème, and died in 1942 in Prague. He travelled the world a lot, and mainly Europe. From all of his journeys, he brought many lithographs, engravings, drawings and paintings.

    Painter of the streets, he mostly immortalized those of Tanger, London, Paris, Amsterdam and Prague. His views are full of life : people walking by, craftsmen, figures of the area but also circulation. The smoke of the chimneys and means of locomotion are represented, witness of what life was like in the main cities at the beginning of the 1920's.


    The search for book on Šimon

    Quai Voltaire, Paris, 1919
    réf. Novák 404


    Discovering a work of Šimon, in our case the series of the 36 views of Notre Dame de Paris, makes you want to see much more.

    Librairies and bookshops were combed to try to find any documentation on the artist.

    I've tried to look for what could've been published on him in France, but found nothing.
    Although I had the help of publishers of the RMN and librairians of the BNF (which I greatly thank for their kindness and the time they took for my demand).

    Researchs with the librairies of Prague didn't bring us anything... There seems to be no documentation available on Šimon.

    Commercial street, Kyoto, Japan, 1928
    réf. Novák 479
    Fortunately for us, a team of Dutch admirers made an amazing work  through their website, tfsimon.com. They collect and spread  information on the artist, complemented by amateurs worldwide.

    The most important base of this painstaking work is a catalogue that Arthur Novák, a friend of Šimon's, made in 1937. His goal was to make an inventory of the artist's works, with technique, size and referencing.

    Rue Royale in the rain, Paris, 1925, réf. Novák 429
    I finally found a version upgraded and increased of the « Novák » at the Frederick Baker gallery, in the United States. This gallery published this catalogue during an exhibition dedicated to Šimon a few years ago.

    In less than a week, I received the catalogue I ordered. I jumped for joy when I discovered that the publisher took care of taking Novák's references.
    We can easily find on the artist's website all of the works presented in the catalogue.

    I'm enjoying every page of it, wondering what the museums and event managers are waiting for to dedicate an exhibition to the unrecognized painter. Why not make a group exhibition, taking back the work of many artists of that time in Paris, or even in Europe?


    I revive Catharine Bentick's invitation for the attention of the « Czech-speaking » people tempted by the idea : to write the most exhaustive biography possible and thus allow to as many persons as possible to discover the life and works of this exceptional painter.

    Indian Girls, Ceylon, 1931, réf. Novák 53


    Charles Bridge in Winter, Prague, 1916, réf. Novák 255
    Tangier Nocturne, 1914, réf. Novák 226


    Many thanks to :
    • The publishers of the Réunion des Musées Nationaux
    • The librairians of the Bibliothèque Nationale de France
    (Both of them spent a lot of time making researchs, anf their e-mail were always very complete and helpful)
    • Alice, my investigator in Czech Republic

    Thank you very much for your help!

    - Madame -

    The Graphic Work of T. F. Šimon
    by Scot A.Campbell
    Ed. Frederick Baker 2002

    Translated by Mademoiselle

    samedi 12 mars 2011

    Littératures Nordiques

    Pour célébrer les vingt ans des Boréales, le Centre Régional des Lettres de Basse-Normandie a publié deux brochures.


    La première d'entre-elles revient sur les caractéristiques de ce festival pluridisciplinaire (Arts et littérature) consacré aux pays baltes et nordiques, incluant également le Groënland et les îles Féroé. Initié en 1992 par l'université de Caen, il est organisé depuis 1999 par le CRL de Basse-Normandie et s'est imposé comme le plus grand festival dédié à la culture nordique en Europe.

    Cette brochure disponible en PDF recense les personnalités qui ont marqué de leur présence les manifestations précédentes et annonce dans le même temps un début de programme pour la 20ème édition qui se déroulera du 4 au 19 novembre 2011 à Caen et dans toute la région.


    Le second livret accessible en PDF est édité à l'occasion du Salon de Livre de Paris qui se tiendra à la porte de Versailles du 18 au 21 mars 2011.
    Les Lettres Nordiques étant les invitées d'honneur, le CRL a recensé tous les titres en rapport avec le sujet qui sont parus en Basse-Normandie depuis 1991. La plupart de ces ouvrages seront présentés sur le stand de la Normandie.
    Cette sélection fera écho à la place accordée aux littératures nordiques par les organisateurs du Salon et aux quelques quarante auteurs nordiques invités pour cette occasion.


    De son côté, le Magazine Littéraire du mois de mars 2011 consacre un important dossier aux Lettres nordiques. Coordonnée par Augustin Trapenard,  cette étude se penche sur la place et l'importance de la littérature septentrionale dans le Monde. À l'instar de Régis Boyer qui "dé-fantasme" la culture nordique, les auteurs, souvent d'éminents spécialistes, nous en proposent une analyse à la fois simple et détaillée. Ils la dépouillent d'un maximum de clichés et d'idées reçues et nous en livrent une approche démystifiée :
    Des auteurs classiques en passant par la littérature de genre (policier, jeunesse... ), le lecteur revisite l'Histoire de ces régions,
    des écrivains contemporains à la diversité des langues (et de leur traduction), il traverse les frontières...

    Signalons que le Magazine Littéraire publiera, en partenariat avec le Centre National du Livre, un livret de présentation des quarante auteurs nordiques invités sur le Salon du Livre de Paris ainsi que l'agenda des rencontres. Ce livret sera distribué gratuitement à l'entrée du Salon.


    Profitant également de l'actualité, la revue Lire aborde dans son numéro de mars 2011 les littératures nordiques. Pays après pays (Danemark, Finlande, Islande, Norvège, Suède), elle présente quelques critiques de livres ainsi que des extraits de romans à paraître. Plusieurs articles "plus écrits" sont aussi proposés sur certains auteurs.
    Cette sélection rapide offre néanmoins une vision assez large des lettres nordiques et procure de nombreuses envies de lecture.

    Pour compléter ces informations, ajoutons que des poètes nordiques seront présents au Marché de la poésie qui se déroulera du 16 au 19 juin 2011 place Saint Sulpice à Paris.

    - Monsieur -

    mardi 8 mars 2011

    Seal morning


    Seal morning (Le phoque et la jeune fille) est une sorte de classique de la littérature animalière. L'histoire se déroule en Écosse dans les années 30. Une jeune fille raconte sa vie au milieu des animaux et sa complicité avec Lora, un jeune phoque qu'elle a recueilli : une enfance au rythme de la nature dans une ferme isolée où elle vit avec sa tante.

    Les illustrations de Raymond Sheppard, à la fois belles et classiques, ne sont malheureusement pas respectées par l'éditeur de ce livre (dessins coupés, rognés, reproduits sur plusieurs pages...).



    Seal morning de Rowena Farre, Arrow Books for Scholastic Publications. 5ème édition, 1969.
    Illustrations de Raymond Sheppard.

    L'ouvrage a été publié en France par Albin Michel en 1958 dans une traduction d'André Cubzac. Il n'a pas été réédité depuis.

    - Monsieur -

    samedi 5 mars 2011

    La jeunesse urbaine de Guinée : Foniké

    Parce que l'Afrique est belle,
    parce qu'il y a de l'énergie, des mots
    et de la vie dans la souffrance,
    parce qu'il y a la musique
    et le théâtre aussi : la représentation !

    Nous vous invitons à visiter Foniké, le rap en Guinée,
    lire les textes et visionner les différentes vidéos du site :



    (documentaire de Jérémie Lenoir et de Sega Diallo)


    Du rap volontaire et combatif
    ...
    universel
    car " l'essentiel, c'est de révolutionner."

    Foniké en Guinée Conakry signifie " les jeunes ".

    - Monsieur -

    mardi 1 mars 2011

    Polka magazine 12

    Polka est un magazine de photojournalisme.
    De la photo pour écrire l'Histoire, pour sentir une époque, pour écrire les mots.
    De la photographie humaniste, intense, réaliste.
    Une photographie - témoignage.
    Polka est un magazine où la photographie a un sens et le photographe une présence.

    Polka, par certains aspects, peut rappeler la grande époque de Paris-Match où des sujets légers côtoyaient des articles plus difficiles tout en privilégiant l'image.

    Dans ce numéro de printemps, nous passons ainsi de la découverte d'un peintre pakistanais, Iqbal Hussain, dont les tableaux de femmes sont controversés (ses modèles sont des prostituées non voilées) à un "reportage qui accuse" (ou comment la photo prise par Ed Ou de deux enfants soldats en Somalie va provoquer un scandale aux États-Unis) .
    S'ensuit un article consacré à Marc Ribout, sa poésie, sa compassion et la tendresse de son regard.


    Polka aborde ensuite la révolution du Monde arabe.
    Bien que les choses évoluent rapidement, ce dossier reste d'actualité pour mieux comprendre (accompagner) ces mouvements de masse et éviter le "clash des civilisations".
    À cet égard, l'éditorial d'Alain Genestar est justement critique par rapport à nos gouvernements occidentaux.

    Un émouvant hommage est également rendu à Mohamed Bouazizi, le vendeur tunisien qui s'est immolé le 17 décembre 2010 pour protester contre les injustices dont il était victime (par Abdellah Taïa) .  


    Nous voyageons encore : des lycées français de Kaboul en Afghanistan (Esteqlal, Malalaï) à Haïti où, malgré les déclarations de la communauté internationale, rien ne change.
    Nous passons d'un témoignage sur la pauvreté en France à un reportage étonnant sur les cavaliers noirs d'un ghetto de Philadelphie et poursuivons notre lecture sur les pas de Pina Bausch pour continuer avec un hommage à Oscar Niemeyer, l'un des bâtisseurs de Brasillia et architecte du siège du parti communiste français à Paris.
    Quelques pages à chaque fois qui suscitent la curiosité, interpellent ou émeuvent.

    Particulièrement riche et dense dans les thèmes abordés, ce numéro de printemps 2011 se termine avec des extraits du livre de Stéphane Hessel, Indignez-vous ! , tout un programme !

    Polka est un magazine trimestriel mais aussi une galerie.
    Directeur de la publication : Alain Genestar.
    Projet familial lancé par Edouard et Adélie Genestar.

    - Monsieur -